Chapitre 33, Question d’autonomie chez dYnalec

 

Petit changement d’organisation pour ce nouveau temps de coopération. En effet, afin de tenter de trouver des solutions pour motiver davantage les collabor’acteurs à participer à ce temps qu’il leur est dédié… la collecte des ingrédients se fait ce matin dans l’atelier. Ainsi tout le monde participe à la définition du sujet du diverlogue du jour.

 

 

Après de nombreux échanges le sujet retenu est : Répartition des tâches liées à la fonction de directeur de production :

Retour en arrière : il y 3 ans l’équipe a fait le choix de supprimer le poste de Directeur de Production, mais que s’est-il passé durant ces 3 ans pour que récemment, Vincent G interpelle la communauté pour clarifier les attentes et la valeur monétaire du poste d’ordonnancement au regard de la contribution de cette fonction dans le fonctionnement de l’atelier. Et bien de nombreux essais, et de nombreux déboires. Pourquoi ? : L’ARGENT et puis la GESTION DE PROJET.

 

 

 

Mais cette fois ci, Fabrice, bien conscient de la difficulté pour le groupe de s’emparer seul de ce sujet, a proposé de constituer un petit cercle de réflexion en charge de construire rapidement une proposition à soumettre au reste de l’équipe pour consentement. C’est donc ce matin que ce petit groupe se réunit. On commence par co-construire la méthodologie en reposant clairement l’objet, l’intention qui se cache derrière ce poste supprimé. La question générative qui résume et catalyse les énergies devient finalement Comment construire ensemble une cellule de production autonome ?

 

Chacun se saisit donc d’une poignée de post-it afin de mettre par écrit ses idées. Avant de démarrer Fabrice invite l’équipe à regarder dYnalec comme une personne vivante. En effet, comme dans un corps humain, ici chaque cellule doit être autonome, fonctionner en confiance tout en étant interconnectée aux autres cellules. Imaginer la cellule production comme le rein de dYnalec par exemple, permet peut-être de mieux comprendre son importance, sa place au milieu d’autres cellules toutes aussi vitales…

Voici donc la méthodologie qui ressort des travaux et qui est partagée par tous :

  • Définir le périmètre

  • Définir la mission

  • Définir les fonctions

  • Définir les tâches

  • Faire une matrice, photo de l’existant

  • Définir les profils

  • Remettre la matrice en question

  • Légitimer

  • Formaliser

  • S’engager

Le périmètre : Notre groupe du jour s’accorde à dire que la cellule de production comprend : les études, le câblage, les essais ; les approvisionnements, la logistique (stocks, préparations et départs), l’ordonnancement, le lean.

 

La mission : Assurer la fabrication des produits dans le respect des délais, des coûts et de la qualité.

Un tableau valant toujours mieux qu’un long discours, voici donc la proposition de matrice des aspirations qui ressort du diverlogue. Dans la colonne de droite on retrouve les tâches et en haut les fonctions. À noter que pour la gestion des « Non-conformité » ou des retards, ils seront assumés en fonction de l’identification de l’origine du problème.

 

 

 

 

Vous l’avez compris cette séance studieuse n’a pas permis de clore le sujet, mais il a redoutablement bien avancé. Gageons que bien partie dans cette dynamique, cette question autour de l’autonomie de la cellule de production sera rapidement bouclée. Nous y serons en tout cas attentifs pour partager tout cela avec vous dès que possible.

 

À suivre donc comme toujours !

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Les derniers Posts
Please reload

© 2017 • Réalisé par Eole Communication

Contact

Z.A. des Alleux

7, rue du Noroît

22100 TADEN

T: 02 96 87 48 00

Centre de référence
  • Facebook - Grey Circle
  • Twitter - Grey Circle